18 / 05 / 2013

 - Actualité

L’origine des choses

Emprunté au célèbre poète latin Virgile « Heureux celui qui connaît l’origine des choses », le titre de l’exposition à la Centrale de Bruxelles tente de remonter à la source de la pensée et de l’acte créateur de l’artiste.

Vik Muniz, WWW (World Map), Pictures of Junk, 2008, Digital C-print, triptyque de 149 x 306 cm
L'artiste porte sur le monde qui l’entoure et sur la création artistique plus particulièrement un jugement. Il rejouera librement les formes des avant-gardes historiques, portera un regard critique sur des systèmes de pensée et cherchera à se libérer de ses origines.
Le Brésilien Vik Muniz utilise la photographie afin d’immortaliser les compositions qu’il crée. C’est à partir de matière première totalement inhabituelle comme la terre, le sucre, le sang, des mégots, du chocolat, du ketchup, du fil de fer, des pâtes… qu’il revisite une œuvre célèbre ou une photographie et qui nous pousse à avoir un nouveau regard dessus. A voir l’œuvre de la Collection « WWW (World map), pictures of junk », réalisée en 2008. Le Hongrois Nicolas Schöffer est le pionnier dans l’art cybernétique et de l’art vidéo. Ses recherches le conduisent à la fin des années cinquante, vers la sculpture à laquelle il intègre ses travaux sur l'espace, la lumière et le temps. A voir : l’écran tactile « Mur de lumière », réalisé en 1976 qui se trouve dans la Collection.
Dans cette exposition, on y retrouve une centaine de travaux issus de la collection du CNAP (Centre National des Arts Plastiques de France) avec des focus sur de jeunes artistes de la scène française comme Jean-Luc Verna,  Julien Tiberi, Louise Hervé & Chloé Maillet et Claire Fontaine.

Diane Charpentier

« L’origine des choses » - La CENTRALE for contemporary art (Place Sainte Catherine 44 - 1000 Bruxelles) ; exposition jusqu’au 9 juin 2013.