18 / 04 / 2016

 - Actualité

L'énigme Jean-Michel Alberola en un lexique

Jean-Michel Alberola (né en 1953) est un peu l'homme mystère de la peinture française – qu'il fait sans cesse dialoguer avec une infinité d'autres médiums, du cinéma à la carte à jouer. Cet enseignant aux Beaux-Arts de Paris, entré dans la Collection Société Générale en 2000, a la parole médiatique rare. Il ne s'adonne qu'avec économie à l'exercice de l'interview. On parcourt donc celles qu'on trouve avec d'autant plus d'avidité, en quête d'indices nous permettant de saisir cette œuvre complexe, qui détruit la figure pour l'élever au rang d'idée. Qu'il recopie méthodiquement Titien (au début de sa carrière), peigne sur les murs, ou fasse articuler le mot « rien » à un crâne en néon rouge, l'artiste mélange énoncés et images dans des accouplements insensés. Chez lui, le fragment est roi ; l'association toujours fuyante ; la citation éclectique – Bob Dylan fréquente Rimbaud et Marx. La pensée en ressort aussi déstabilisée que fertilisée. Commissaire de l'exposition monographique que lui consacre le Palais de Tokyo du 19 février au 16 mai 2016, Katell Jaffres nous raconte l'artiste et son oeuvre en un lexique.

Jean-Michel Alberola
Détail
« Le titre de l’exposition au Palais de Tokyo,  « L’Aventure des détails », met justement en avant l’importance des détails dans le travail de Jean-Michel Alberola. Chaque œuvre est un détail et un ensemble de détails crée une aventure. Elles font sens dans les connections qui résident entre elles. Les mots fonctionnent ainsi. Aussi, nos journées sont des détails au regard des années qui passent. »

Connection
« Chez Jean-Michel Alberola, les œuvres sont le fruit d’un ensemble de connections. Les œuvres se connectent également entre elles. Cela crée « L’aventure des détails ».

Cinéma

« Jean-Michel Alberola a réalisé des courts-métrages, notamment La vie de Manet en 1983 et deux longs-métrages documentaires intitulés Koyamaru, l’hiver et le printemps et Koyamaru, l’été et l’automne en 2009 et 2010.
Le cinéma nourrit son travail et l’irrigue. La force du cinéma réside dans son pouvoir narratif : comment mettre en œuvre un récit fictif à partir du réel. »
 
Couleur / Peinture
« Jean-Michel Alberola est peintre et manipule autant les concepts que la couleur. La réalisation d’une œuvre est l’aboutissement formel d’une idée. Pour Alberola, il y a la peinture et tout ce qui se passe autour et entre-temps : la réalisation des dessins, des lithographies, mais aussi la lecture et le cinéma. »
 
Mots
« L’usage des mots est central dans le travail de Jean-Michel Alberola. Il formule des injonctions comme « La Parole ne pas » ou « La fluidité de l’échange enfantin n’a plus court ». Il met également en avant des citations de Kafka, Stevenson par exemple. Elles engagent le visiteur à prolonger le sentiment qui en découle. Alberola fait également des références directes à des figures historiques, penseurs,  artistes etc.
 
Murs
« Jean-Michel Alberola a réalisé de nombreux murs peints. En 2012, il a conçu La salle des instructions au Palais de Tokyo, composée d’un ensemble de murs peints qui se déploient sur la totalité de l’espace. La couleur est associée aux dessins et aux injonctions comme « aérer l’âge d’or », « éclairage en groupe », « devenir grain de sable ».
 
Multiples
Jean-Michel Alberola a réalisé plusieurs éditions comme la carte à jouer 11 de cœur ou le dé numéroté de 2 à 7 intitulé Après Robert Filliou. L’édition d’objet ou l’édition imprimée, comme la lithographie, permet la diffusion des idées.
 
Roi de rien
« La série de peinture « Le roi de rien » a été initiée en 2001, elle est toujours en cours. La figure masculine qui se répète d’une toile à l’autre n’est pas identifiable, et son visage est la plupart du temps ni visible, ni déterminé. Ces œuvres mettent en jeu des questions propres à la peinture dans l’usage de la surface, de la toile, des aplats de couleurs. Les titres des œuvres sont importants pour entrer dans le propos de manière littérale. »

Jean-Michel Alberola, l'aventure des détails
Jusqu'au 16 mai 2016
Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson 75 116 Paris
Plus d'informations ici