19 / 12 / 2016

 - Actualité

Pleins phares sur Pascal Pinaud

Sempervivum [En latin : « toujours vivant ».], nous dit la Fondation Maeght. C’est à vous de voir, lui répond l’Espace de l’art concret. Tout l’hiver, ces deux hauts lieux de l’art de la Côte d’Azur mettent à l’honneur Pascal Pinaud, artiste de la Collection. Deux bonnes raisons de faire le point sur une œuvre d’une incroyable vitalité.

Pascal Pinaud Peintre
Deux donations, deux couples engagés dans l’art, Marguerite et Aimé Maeght, galeristes et collectionneurs, Sybil Albers et Gottfried Honegger, l’une collectionneuse, l’autre artiste, et deux cadres exceptionnels séparés d’une vingtaine de kilomètres. Entre la Fondation Maeght et l’Espace de l’art concret, le rapprochement était évident. Il ne manquait plus que le concours du Frac PACA pour présenter, de la manière la plus riche qui soit, l’artiste voisin Pascal Pinaud. 

PPP pour Pascal Pinaud Peintre
Né en 1964 à Toulouse, diplômé de la Villa Arson en 1990, Pascal Pinaud développe depuis lors une œuvre qui, si elle rayonne bien au-delà, s’élabore à partir de Nice. En 1995, il choisit de se faire appeler PPP, pour Pascal Pinaud Peintre, écorchant de la pointe de son épée la mythique figure du peintre qu’il mêle à celle du chef d’entreprise. Un sigle en forme de clin d’œil mais aussi et surtout de programme pour un artiste qui se plaît à collaborer avec différents artisans et professionnels de l’industrie. 

Marqueterie, canevas, laque automobile, dessin assisté par ordinateur : Pascal Pinaud diversifie autant que possible sa palette. La peinture, il en redéfinit les composantes, en revisite les « banlieues », et en extrait la sève du cadre au moyen de constructions en trois dimensions. Elle est pour lui un être pluriel, mobile, vivant, qu’il aborde en se laissant guider par le hasard des faits et des objets. 

Au fil de sa quête, Pascal Pinaud explore différents champs, celui de l’histoire de l’art – de l’Abstraction géométrique à Supports/Surfaces en passant par le dadaïsme – comme son environnement le plus immédiat. Pour lui, l’art est partout : dans la ville, un accident, un morceau de bois ou une galette des rois. Pascal Pinaud est un collectionneur d’idées, de supports et de formes, qui brouille les frontières entre arts et métiers, culture élitiste et populaire.





PPP pour Présentation d’une Pratique Protéiforme  
À la Fondation Maeght, où la visée est rétrospective, l’accrochage se déploie à partir de ce principe de diversité inscrit au cœur de son œuvre. On y parcourt les grandes séries, depuis les Tôles, un ensemble de laques automobiles sur capot dont la Collection Société Générale possède une pièce (Tangerine Chrysler, 2004), jusqu’aux ludiques Moulins à prières, des présentoirs de bobines de fil manipulables par le visiteur. Sans oublier les curieux Écrans, des photographies de tableaux vandalisés ou volés dans les musées ; les géométriques Patères réalisées à partir de plaques de verre de récupération ; ou encore les inattendus Chocs, des sculptures résultant de la rencontre d’un camion et d’un pont. On y découvre également quelques pièces monumentales comme un platane de trois mètres de haut recouvert de 20 841 fèves en porcelaine – et presque autant d’ADN –, un ensemble d’une centaine de dessins, ou une sculpture représentant un chemin de terre modelé par les pas d’un groupe de marcheurs.

À l’Espace de l’art concret, on repère des pièces issues des précédentes séries (Patères, Chocs, Moulins à prières) en train de dialoguer avec des œuvres signées Noël Dolla, Mathieu Mercier, Natacha Lesueur ou Philippe Ramette. Pascal Pinaud, avec la complicité d’Alexandre Curtet, fondateur du showroom Loft Interior Designers, y a réinvesti les pièces du château de leur fonction originelle. Ici, pas de salles d’exposition mais une succession d’espaces domestiques fictifs – cuisine, bureau, salon, chambre d’enfant, suite parentale – qui lui permettent d’interroger la valeur d’usage des œuvres. Des espaces que l’on peut également lire comme autant de portraits en creux de l’artiste, qui pose un regard introspectif sur trente années de pratique artistique. 

Trente années d’une riche pratique artistique que l’on retrouvera cet été au Frac PACA, à l’occasion du dernier volet de cet ambitieux triptyque consacré à l’artiste niçois. En attendant, c’est à la Fondation Maeght et à l’Espace de l’art concret que l’œuvre de Pascal Pinaud est bel et bien vivante. Maintenant, c’est à vous de voir. 

Aurélie Laurière 

À voir > à la Fondation Maeght, 623, chemin des Gardettes, Saint-Paul-de-Vence. 
Jusqu’au 5 mars 2017, tous les jours de 10h à 18h. 

À voir > à l’Espace de l’art concret, Château de Mouans, Mouans-Sartoux. 
Jusqu’au 5 mars 2017, du mercredi au dimanche de 13h à 18h.