21 / 11 / 2017

 - Actualité

Photographie : Traversée de Paysages français à la BnF

Mille tirages – et presque autant de visions de la France – par plus de cent soixante photographes – dont neuf artistes de la Collection : c’est le programme chargé et alléchant de l’expo Paysages français. Une aventure photographique, 1984-2017, à voir à la BnF jusqu’au 4 février prochain. Vous ferez bien une triple traversée ?

Thibaut Cuisset

Traversée de l’expo

La première traversée qu’offre Paysages français est celle de deux galeries de la BnF dûment remplies de grands noms de la photographie tels que Lewis Baltz, Gabriele Basilico, Robert Doisneau, Raymond Depardon ou Bernard Plossu, ainsi que de neuf artistes de la Collection : Aglaé Bory, Elina Brotherus, Alain Bublex, Stéphane Couturier, Thibaut Cuisset, Werner Hannappel, Valérie Jouve, Patrick Messina et Mathieu Pernot. Ceux-ci se succèdent au gré d’un parcours chronologique découpé en quatre décennies, qui ne s’interdit pas quelques focus thématiques sur le monde du travail (Charles Fréger, Samuel Bollendorff), l’histoire des grands ensembles (Mathieu Pernot, Laure Vasconi) ou la notion de no man’s land (Jacqueline Salmon, Gilles Coulon). La scénographie multiplie quant à elle les clins d’œil à l’univers de la promenade – table ronde d’orientation, promontoire servant de belvédère, bornes signalétiques aux allures de panneaux de randonnée – pour une expérience assurément dépaysante.


Traversée du territoire français

Littoraux transis ou ensoleillés, villages d’un autre âge et métropoles tentaculaires, zones protégées et banlieues mouvantes : c’est aussi une traversée du territoire français dans sa diversité que nous propose l’expo. Cimaise après cimaise, nous voici à Montreuil avec Anne Favret et Patrick Manez, dans les Côtes-d’Armor en compagnie de Thibaut Cuisset, porte de Bagnolet grâce à Robert Doisneau ou en Corse dans les pas de Stéphane Couturier. Un tour de France au cours duquel on se trouve escorté par différentes entités. Au premier rang de celles-ci, se trouve la Mission photographique de la Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale) qui dépêchera, partout en France et pendant quatre ans, pas moins de vingt-neuf photographes. Elle ouvrira la voie à d’autres grandes missions financées par l’État (Mission du Conservatoire du littoral, Mission photographique Transmanche, etc.), ou indépendantes telles que France(s) territoire liquide qui agrégera quarante-trois artistes de 2011 à 2014.


Traversée de la photo

Avec mille clichés s’échelonnant de 1984 à 2017, c’est aussi et surtout à une traversée de l’histoire récente de la photographie de paysage que nous convie la BnF. Si les pionniers de la Datar ont tôt fait de s’affranchir de l’illustration pure, force est de constater que des vues rurales et soignées de Pierre de Fenoÿl (1987) à la série « 12 ans après » d’Elina Brotherus (2012), plusieurs marches ont été gravies. Entre temps, certains, à l’instar de Bernard Plossu, ont su patiemment observer les territoires changeants et accidentés. D’autres ont dégagé le paysage de son statut de sujet pour en faire un style, tel Stéphane Couturier, voire un protocole, comme Thibaut Cuisset. Aujourd’hui, le paysage est devenu portrait (Patrick Messina, Elina Brotherus, Valérie Jouve, Aglaé Bory) et lieu de tous les possibles (Alain Bublex). Et puis, avec ses tirages argentiques sagement accrochés au mur, ses formats de plus en plus grands, ses vidéos et ses installations, c’est enfin à une traversée de l’histoire récente de la photographie tout court que nous invite Paysages français.  



Aurélie Laurière



À voir > à la BnF, site François-Mitterrand, quai François-Mauriac, Paris 13e.
Jusqu’au 4 février 2018, du mardi au samedi de 10h à 19h, le dimanche de 13h à 19h.


À noter > projection de Grand Littoral de Valérie Jouve, le 28 novembre 2017 de 12h30 à 14h ; visite commentée de l’exposition par Patrick Messina le 18 janvier 2018 et par Elina Brotherus le 1er février 2018 de 18h30 à 20h.