11 / 06 / 2019

 - Actualité

Visible/Invisible : regards contemporains sur Versailles

Versailles, vestige du passé ? Depuis 2008, cette institution du patrimoine français fait mentir les clichés en accueillant la crème de la création contemporaine : Takashi Murakami, Bernar Venet, Anish Kapoor... Cette année, ce n’est pas un, mais cinq artistes qui se sont emparés du Trianon pour une édition qui fait la part belle à la photographie. Dove Allouche, Nan Goldin, Martin Parr ainsi qu’Eric Poitevin et Viviane Sassen, deux artistes dont la Collection détient une œuvre, ont ainsi posé leurs yeux et leurs objectifs sur ces lieux chargés d’histoire. Intitulée « Visible/Invisible », l’exposition se propose d’aiguiser notre regard…

Martin Parr, The Château of Versailles gardens, France, 2018, impression digitale

Ouvrir l’œil

 

Car cette fois-ci, il ne s’agit pas seulement d’accueillir des œuvres contemporaines : ce sont des travaux inédits qui sont exposés, qui ont tous pour objet une certaine vision de Versailles. Cinq regards portés sur les lieux qu’ils investissent comme autant de manières de démultiplier l’expérience du visiteur, et de confronter présent et passé, détails et plans larges, anecdote et grande histoire. Ainsi, Nan Goldin transforme le rez-de-chaussée du Petit Trianon en croisée des chemins où se recoupent monde souterrain – celui du système hydraulique des fontaines –, féminité mythique – celle des statues du jardin – et œuvre sonore du Soundwalk Collective qui reprend des des extraits de la Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges ; autant d’échos de la marche des femmes sur Versailles en 1789.




Zooms

 

À l’inverse, c’est pour une perspective de l’infime, abstraite et résolument minérale, qu’opte Dove Allouche : s’intéressant aux matériaux qui composent Versailles, il arrête son choix sur le plus humble, le plâtre, et la roche dont il est extrait, le gypse. Fruits d’une technique méticuleuse, ses Evaporites sont autant de détails de roches dont la richesse redouble celle de la galerie des Cotelles qui les accueille. Conjuguant lui aussi regard sur la nature, figure de style et abstraction, Eric Poitevin quant à lui s’est intéressé au plus élevé et au plus humble dans une approche toute en paradoxes. Du soleil, symbole de Louis XIV, il souligne la douceur effusive des journées d’hiver, et de l’angélique, mince plante exposée en série dans l’Orangerie, la puissance architecturale...




Réflexions

 

Ce sont des détails encore – lettre, dos de statue… –, glanés ici et là dans le château, que Viviane Sassen expose, agrandis et retouchés. Mais l’artiste néerlandaise a aussi photographié parmi les ors de Versailles des jeunes filles rencontrées sur place : silhouettes et intérieurs, générations et époques se confrontent. Enfin, cette rencontre entre un lieu et ses visiteurs est au centre du travail de Martin Parr, qui pose sur elle le regard à la fois tendre et malicieux qu’on lui connaît. En choisissant de montrer leurs semblables à la foule des visiteurs du château, il leur tend un miroir : celui des poses, figures imposées et autres chorégraphies de groupe du tourisme de masse. Échos des fantasques mises en scène de la vie de cour du Grand Siècle ? À travers le temps, entre visible et invisible, c’est un Versailles résolument vivant et habité que les yeux des cinq photographes révèlent.

 

C. Perrin

 

À voir > Au domaine de Trianon, 78008 Versailles, du 14 mai au 20 octobre 2019, tous les jours du mardi au dimanche de 12h à 18h30.

 

 

 

Crédits :

 

Crédits Photos ( de haut en bas) : 


Martin Parr, The Château of Versailles gardens, France, 2018, impression digitale, 72,2 x 111,76 cm. Courtesy de l’artiste & château de Versailles © Martin Parr / Magnum Photos / kamel mennour / château de Versailles 


Vue de l’exposition " Versailles - Visible / Invisible", château de Versailles, 2019 Courtesy de l’artiste Eric Poitevin © Tadzio 


Vue de l’exposition « Versailles – Visible / Invisible », château de Versailles, 2019, Courtesy de l’artiste Viviane Sassen © Tadzio