Par la cheminée

Pierre Alechinsky

Date : 1991

Support : Peinture

Dimension : 150 x 105 cm

Acrylique sur toile.

La matière, très fluide, allie légèreté, souplesse et précision du geste. Mais Alechinsky avoue ressentir une certaine angoisse devant le vide d’une feuille blanche, et c'est pourquoi il préfère souvent utiliser comme support des papiers déjà imprimés.
En 1965, il réalise ses premières marges, série de vignettes entourant l’image centrale de l’œuvre qui propose une narration parallèle à l’image centrale. Les fragments d’histoires ou de souvenirs contenus dans ces pages deviennent alors la source de son inspiration et lui permettent de créer tout un monde imaginaire autour de ces parcelles de réalité.
Ces frises confèrent à son travail un aspect ludique, où la géographie imaginaire décline des thèmes foisonnants et tient une place majeure.
Fermer

Le guide



Avons-nous devant les yeux l’œuvre d’un artiste naïf ou encore d’un enfant ? C’est un style qui se définit, immédiatement reconnaissable : celui de Pierre Alechinsky.

L’artiste nous place dans un univers libre, fantasmagorique qui n’est pas sans rappeler celui des surréalistes qu’il a longtemps fréquentés.

Mais laissons d’abord le titre nous guider : Par la cheminée.

Dans la vignette centrale grise, des personnages peut-être des animaux semblent flotter, tournoyer sur eux-mêmes, comme s'ils allaient être absorbés ou rejetés par cette grande cheminée que l'on retrouve en partie basse de la composition. Une colline semble être représentée dans la partie gauche. Et serait-ce le soleil et ses rayons qui dominent? Décidemment, Pierre Alechinsky ne nous aide pas à comprendre son oeuvre. Il ne respecte aucune loi de la perspective. L'arrière-plan peint en aplat de couleur grise ne nous donne pas d'indication sur la distance entre les différents éléments, ni sur leur taille respective.

On est étonné que ce dessin libre, exécuté rapidement soit néanmoins cadré par une bordure. C’est le principe de ’remarques marginales’ caractéristique d’Alechinsky, une signature où le dessin devient presque écriture. Peut-être sensés nous guider dans la lecture du tableau, les femmes et serpents que l’on croit distinguer convoquent pleinement notre imaginaire.