Les 16 côtés du carré

François Morellet

Date : 2001

Support : Technique mixte

Dimension : 300 x 315 cm (carré 200 x 200)

Toile brute sur bois, 16 tubes argon blanc
© Adagp, Paris, 2007

Dans cette oeuvre, il utilise l'espace de la toile vide pour y placer "un système" d'éléments simples suivant le principe du " jeu de bataille navale".Les coordonnées de ce système sont fournies par les chiffres aléatoires tirés d'un annuaire de téléphone. A chaque couple de nombres tirés au sort, il associe des coordonnées sur une grille imaginaire de la toile, pour une ligne en néon blanc égale à un côté du carré de la toile.

L'artiste laisse donc le hasard décider de la réalisation de l’œuvre qui n'en développe pas moins une grande valeur d'attraction esthétique.
Fermer

Le guide



Ce qui nous frappe immédiatement c’est…. Le contraste.

Contraste entre l’intense lumière bleutée des néons et la matité de la toile car s’engage ici un véritable dialogue des techniques

La toile en est l’élément classique et le néon, la modernité représentée ici par la fée électricité. Morellet laisse volontairement visible cette dimension technique. Vous n’avez même pas besoin de vous approcher, les fils électriques sont laissés en totale évidence.

Regardez la toile, elle est brute, vierge de peinture, sa surface peluche presque
Elle est magnifiée par lumière des néons, ces pinceaux de lumière nous révèlent sa beauté.

Nous avons parlé de contraste, regardez bien, n’en voyez vous pas un autre ?

Tout oppose la rigueur de l’espace circonscrit de la toile et la disposition aléatoire des néons qui s’échappent littéralement du carré.
C’est ici un dialogue spatial qui s’instaure et crée une impression de  profondeur. Morellet réutilise les grands principes de Mondrian tout en les pervertissant
Autant Mondrian compose de manière très rigoureuse et réfléchie, autant Morellet va laisser libre cours aux fantaisies du hasard pour sa composition.
Nous avons parlé de jeu, quel est-il ?
Morellet nous propose un jeu de mikado en lumière dont les 16 baguettes de lumière jetées sur la toile ont la longueur exacte d’un côté du carré.