w.h.s.05

Thomas Ruff

Date : 2001

Support : Photographie

Dimension : 180 x 240 cm – Edition 3/5

Laserchrome et diasec.
© Adagp, Paris, 2007

L'artiste travaille sur une série de photos de maisons, construites par Mies van der Rohe à Krefeld (1928-1930), qu’il photographie froidement, sans donner aucun effet, sans chercher à en souligner artificiellement l’aspect neuf ou vétuste.
La première série a pour origine une commande passée à l’artiste, à l’occasion de la restauration des maisons Esters et Lange de Krefeld. Son but était de recenser visuellement toutes les architectures de Ludwig Mies Van der Rohe en Europe ; les images de la série représentent donc des façades et des intérieurs de ces différents immeubles. Alors que certaines sont fidèles à la réalité, d’autres ont été manipulées jusqu’à devenir méconnaissables.
Fermer

Le guide



La photographie de Thomas Ruff nous fait rentrer dans l’univers du doute et de l’illusion.
S’agit-il d’une photographie ou bien d’une toile ?
L’œil au premier regard pourrait presque s’y tromper. L’illusion s’estompe, mais le trouble reste.
 
L’artiste joue ici très habillement sur les codes photographiques en les pervertissant. Il s’arrête précisément sur un genre : la photographie d’architecture et s’est intéressé entre 1999 et 2001 au travail de l’un des plus grands architectes du XXè siècle : Mies Van der Rohe.
Le bâtiment pris comme sujet dans cette œuvre est l’une des réalisations clés des années 1920, il s’agit d’un immeuble imaginé par l’architecte en 1926 à Stuttgart.

Mais la photographie au lieu de rendre compte de la rigueur de la construction s’amuse à la brouiller.
Alors qu’une bonne photographie, surtout une photographie d’architecture se doit d’être nette et précise ici Ruff a délibérément opté pour le flou. Sa technique finit presque par donner l’illusion du mouvement.

Le procédé est d’autant plus habile que le brouillage ne fait que s’accroître lorsque l’on s’avance vers l’œuvre.
Approchons nous un peu, ne voyez vous pas les contours se dissoudre un peu plus et l’image se détacher du réel ?
Ruff, par ses manipulations, construit ici une image photographique hors norme qui, se dédouble et se dérobe un peu plus au regard de celui qui l’approche.