Panorama Barbed Thread

Jean-Marc Bustamante

Date : 2000

Support : Technique mixte

Dimension : 146 x 285 cm – Edition 3/3

Encres sur plexiglas.
© Adagp, Paris, 2007

Les gestes qui donnent naissance aux peintures sur plexiglas des Panoramas manifestent l’imprévisibilité de leur trajectoire tout en présentant la sûreté d’un crayonnage d’étude. Si ces dessins ont tous en commun de n’être pas représentatifs - du moins de ne pas l’être clairement -, de ne pas faire de l’abstraction géométrique leur idiome, et surtout de procéder d’un geste rapide dont la finition n’est pas l’apparent souci, ils affichent cependant une grande diversité.
Fermer

Le guide



Ce que l'on remarque tout de suite dans cette œuvre de Bustamante, ce sont la sobriété de la composition et le choix du matériau.

L'artiste réalise d'abord un dessin abstrait sur du papier millimétré, puis le retravaille sur ordinateur. Ce dessin est ensuite transféré sur un grand panneau de plexiglas grâce à la technique sérigraphique.

Le motif, rapidement exécuté ne cherche pas à être figuratif mais représente des formes en étoiles disposées sur un fond de lignes horizontales ou quadrillées. Il n'utilise que deux couleurs. La composition donc est très simple, mais ce sont des éléments extérieurs aux traits que Bustamante a dessiné, qui rendent l'œuvre plus complexe.

Regardez bien :
C'est la relation entre la transparence et la lumière qui intensifie la composition. En effet, lumière et ombre deviennent interdépendantes. La plaque est accrochée au mur à une distance de 5 cm, ce qui permet aux lignes présentes sur le plexi de devenir des ombres sur le mur. L'effet des lignes est multiplié. D'autre part, la brillance du matériau reflète l'espace présent autour de l'œuvre, ainsi que le spectateur. La texture du mur devient également part entière de l'œuvre en se transformant en arrière-plan.

Les effets aléatoires de la lumière, donnent à l'œuvre un statut vif et dynamique, et lui permettent un nouveau futur à chaque nouvelle observation.  Nous, spectateurs sommes donc totalement partie prenante de la composition de l’œuvre.