Anechoic wall

Laurent Grasso

Date : 2010

Support : Sculpture

Dimension : 101,6 x 161,3 x 19,7 cm

Cuivre

Anechoic Wall est une structure reprenant celle des chambres anéchoïdes dans lesquelles les ondes sonores et magnétiques sont étouffées. Ce dispositif est utilisé dans la technologie moderne pour piéger la réverbération sonore. L'œuvre est ici conçue en cuivre, un matériau connu pour ses formidables propriétés conductrices. L' "Anechoic Wall" de Laurent Grasso fait donc écho à la fois à la captation et/ou à la réflexion du son, mais également de la lumière.
Fermer

Le guide



Artiste éclectique, le Français Laurent Grasso s’empare de tout sujet, toute matière pour nous proposer une vision détournée de notre environnement.

Quelle est ici cette forme, entre la sculpture et le tableau ?
Le titre devrait nous orienter : Anechoic Wall ; en français : Mur anéchoïque…

Mais ce n’est guère plus parlant… un peu d’étymologie nous aidera peut-être. Il s’agit d’un mot grec formé du préfixe an- qui signifie « sans » et du mot désignant l’écho. Comprenons donc : un « mur sans écho ». Vous commencez à saisir ?

L’artiste s’emparerait donc d’un élément ayant trait au domaine de l’acoustique. Une chambre anéchoïque, ou chambre sourde, est une salle dont les parois sont tapissées d’une structure polyèdre en un matériau qui a la propriété d’absorber les ondes sonores. Mais pour que ce système marche, il faut que toutes les parois en soient revêtues. Or, ici, l’artiste ne nous propose qu’un morceau, un prélèvement qui annule la fonction première de l’objet.

De plus, regardez l’aspect brillant de l’œuvre… il réfléchit notre image, on peut presque se voir dedans. La surface de l’œuvre s’anime, joue avec la lumière créant un effet de vibration qui appelle au mouvement et transforme l’espace.

Ce métal, plus précisément du cuivre, connu pour ses propriétés conductrices, est l’antithèse de la mousse de polyuréthane, isolant puissant normalement utilisé pour une chambre sourde.
Ainsi, Grasso réinvente le ready made, le détournement d’objets, en puisant dans les sciences, introduisant une touche de poésie dans ce domaine plutôt austère.
Rejetant les propriétés techniques de l’objet, il en dévoile les qualités plastiques et esthétiques !