Hiding in the City - Paris 03

Liu Bolin

Date : 2011

Support : Photographie

Dimension : 118 x 150 cm

La série intitulée « Hiding in the City », est une profonde et sensible réflexion sur la condition humaine. « Je ne me fonds pas dans le paysage. Au contraire, c’est l’environnement qui m’envahit ».  L’artiste ne cherche pas une manière de disparaître pour montrer la perte d’une conscience individuelle, mais insiste sur les dégâts causés par le développement économique urbain sur les individus, une sorte d’emprise silencieuse, où l’homme a perdu sa capacité d’adaptation.

Cette photographie, issue d’une performance a été réalisée dans la salle des coffres de l’Agence Centrale historique de Société Générale.

Fermer

Le guide



Attention ! Nous ne sommes pas seuls ! Scrutez attentivement cette photographie… Voyez-vous l’artiste ?

Tel un caméléon, Liu Bolin se fond dans les environnements. Sa pratique artistique est d’ailleurs qualifiée de « camouflage urbain ».
L’artiste chinois, sculpteur de formation, modèle ici son propre corps dans une œuvre qui transcende les médiums. Est-ce une sculpture, une performance, de la peinture, une photographie ? Un peu de tout cela en fait.

Décomposons ensemble son travail :
D’abord, l’artiste s’inspire d’un lieu : une architecture forte ou symbolique, un paysage qui l’interpelle, un décor saisissant… Ici, vous reconnaitrez la salle des Coffres de l’Agence Centrale de Société Générale.
Puis, aidé d’une dizaine d’assistants, commence le processus d’effacement. Liu Bolin se place dans l’espace, il se « met en scène ». Son corps devient à la fois matière et support.
Touche par touche, trait après trait, Liu Bolin se laisse peindre dans un trompe-l’œil troublant.
Mais en ouvrant l’œil tout de même puisqu’il supervise le moindre détail et valide les étapes et le résultat final sur des moniteurs de contrôle !
Enfin, lorsque ce recouvrement a atteint la perfection, la photographie est prise, trace indélébile de ce long travail.

Mais pourquoi tous ces efforts? Laissez-moi vous éclairer…

La disparition est le moyen paradoxal qu’a trouvé Liu Bolin pour attirer les regards. En simulant sa dissolution dans l’environnement, l’artiste nous interroge sur la place de l’homme dans la société. Thème d’autant plus important pour cet artiste chinois dont le travail s’inscrit dans un contexte culturel où l’être humain est tiraillé entre uniformisation et individualisme.
Stupéfiant non ?