It's a circus (dark Grey)

Jonathan Monk

Date : 2011

Support : Photographie

Dimension : Photographie : 75 x 60 cm, monochrome gris : 150 x 120 cm

Photographie et acrylique sur toile

Cette œuvre fait partie d’une série de 23 tableaux monochromes qui ont été installés en mars 2011 dans la galerie Yvon Lambert à Paris par une troupe de cirque composée de deux acrobates au sol, un acrobate aérien, quatre jongleurs, trois échassiers et deux mimes.

Dans un mélange de couleurs et d’énergie les peintures ont été accrochées suivant une chorégraphie précise dictée par Jonathan Monk. Le public n’a pas pu assister à cette performance, et n’a pu que constater l’effervescence de l’accrochage au travers les 23 photographies présentées dans la première salle de la galerie.
Fermer

Le guide



Si l’art est une histoire sérieuse, les artistes sont aussi là pour en détourner les codes et parfois, s’en moquer.

Provocateur, Jonathan Monk l’est certainement lorsqu’il dirige deux acrobates au sol, un acrobate aérien, quatre jongleurs, trois échassiers et deux mimes pour réaliser l’accrochage d’une exposition de 23 tableaux dans une galerie d’art. 23 monochromes dont nous avons aujourd’hui l’exemplaire gris devant les yeux.

L’artiste anglais s’intéresse ici non pas au processus de fabrication de l’œuvre mais à celui de l’accrochage, celui par lequel l’œuvre se révèle à nous, spectateurs.
Pour cela, il fait appel à une troupe de cirque à qui il confie le soin de la mise en scène des toiles au cours d’une performance. Cette chorégraphie festive, réalisée à huit clos, a été immortalisée par un photographe… La photographie montre donc la toile en train d’être accrochée. Enfin, l’œuvre définitive est constituée des deux éléments indissociables : le monochrome et la photographie de cet événement… une sorte de mise en abime de la peinture !
Monk est un artiste qui propose une réflexion très conceptuelle sur l’élaboration et la théâtralisation de l’art ; mais le résultat rappelle, avec l’image du cirque, le monde innocent et magique de l’enfance.

Plus qu’un créateur, Monk est un faiseur de rencontres : celui de deux mondes, les arts forains et les arts plastiques, la photographie et la peinture aujourd’hui exposées côte-à-côte, la rigueur du monochrome et la ferveur de la vie !
Enfin et surtout, l’artiste, lucide et critique, se permet de parodier, avec humour, la sphère de l’art contemporain.